SSSS

Yaya SOUMAH, vice-président : « Ensemble, aller toujours plus loin »

COTE SUPPORTERS

Yaya SOUMAH, résidant à Matam Lido. Professeur, chercheur en sciences sociales. Particularité : figure depuis deux ans dans la nouvelle équipe dirigeante des supporters des « rouge et blanc » dont il est le vice-président. Nous l’avons rencontré

– Quel bilan faites-vous de cette année écoulée ?

Vous savez à chaque saison, chaque club cherche les trois trophées en cours,championnat, la coupe nationale et la super coupe. Pour nous c’était aussi d’intégrer la phase de poule. Comme vous le savez le HAC a pris ces trois titres nationaux,et est allé jusqu’aux quarts de finale en Ligue des champions. Donc je crois que le bilan est globalement positif.

– Quel regard portez-vous sur votre club et son niveau actuel?

Il faut dire que le HAC progresse d’année en année. Déjà l’année passée il avait intégré la phases de poules de la C2. Cette saison, on n’a pas démérité malgré des adversaires de taille.L’effectif a fait ce qu’il pouvait faire,notre équipe a été appréciée  par tous les observateurs sur le plan continental. C’est pourquoi nous dirons que le HAC fait partie des meilleurs clubs du continent actuellement. Nous pensons qu’avec le nouvel entraineur nous irons encore plus loin.

– Parlez-nous un peu de votre organisation future, car on vous a vus très motivés derrière le HAC?

Disons à l’heure actuelle nous sommes entrain de prévoir une journée de réflexion pour remobiliser les troupes puisqu’un grand club, c’est une forte animation, et pour l’animation il faut des supporters. Nous avons des structures de base, nous avons commencé cette semaine à saluer ces structures pour l’effort  consenti pendant la saison écoulée. Nous envisageons de les assister pendant la nouvelle saison, sur tous les plans pour la redynamisation de notre département.Le soutien sera très grand toute l’année inchalah !

– Pour la saison passée, quels regrets à votre niveau et quel est votre meilleur souvenir ?

Le regret pour nous reste la blessure de nos deux vaillants combattants Ibrahima Aminata CONDE et Bassirou OUEDRAOGO, car vraiment  leur absence nous a handicapésau cours de la saison dernière. Le meilleur souvenir restera cette brillante qualification du côté de Pretoria après 4o ans, surtout face à un champion de la C1 (2016). Et ça nous le garderons pour toujours dans l’esprit.

– Votre effectif est-il en progression avec de nouveaux membres?

Pour le moment il est difficile de faire une statistique fiable puisque tous les jours nous enregistrons l’arrivée de nouveaux supporters. Ce que je peux vous dire, c’est  que le Horoya AC est représenté dans chaque commune de Conakry et dans certaines villes du pays,

– On a aussi vu de nouveaux instruments, vous nous expliquez?

Vous savez le Horoya est un club professionnel, donc il va de soit qu’on s’organise à tous niveaux pour répondre aux exigencescomme le font des clubs modèles. Par conséquent nos animateurs qui se battent contre vents et marées doivent être à chaque fois bien équipés. La direction du club s’est inspirée de cette politique pour les accompagner quand ils manifestent leur besoin d’année en année. C’est pourquoi de temps en temps vous les voyez avec de nouveaux instruments…

– Des femmes figurent au sein de votre comité, comment avez-vous réussi à les réunir ? Avez-vous des suggestions à faire au comité sur le plan de l’affluence au stade?

Bien sûr que oui, au HAC pas de discrimination, nous acceptons tout le monde femme ou homme, pour la bonne cause de notre club.Vous savez que le HAC est un  grand club, beaucoup de personnes  veulent venir au sein de ce club

– Comment expliquez-vous que le stade n’ait jamais été plein en Ligue des champions?

Certains matchs ont fait le plein, comme face à l’ASFAN du Niger. Vous savez que si l’équipe fait une contre performance, les fans restent sur leur faim. Sinon contre WAC ils étaient aussi nombreux, mais tout compte fait c’est un constat pertinent. Nous allons tirer les leçons de tout ça pour remobiliser tout le monde puisque nous serons encore présents dans cette campagne africaine.

– Quand vous voyez le spectacle des supporters d’AlAhly ou du WAC de Casablanca, qu’est-ce que cela vous inspire?

Mon souhait, c’est de voir aussi nos supporters être comme eux.Vous savez un grand club doit avoir des grands supporters ce qui va motiver les joueurs pour une prise de conscience totale. Donc nous voudrions que le bureau nous appuie toujours pour conquérir ces structures dans les communes, les habiller toutes pour donner une coloration au stade comme ces supporters de Casablanca par exemple…

– Quart de finaliste 2018 de la C1, le HAC peut-il aller encore plus loin?

Je crois bien évidemment, c’est possible. Nous sommes restés dans le tempo de 2017 et puis sommes allés en quarts de finale aussi. La direction a encore pris l’initiative de renforcer l’effectif pour les prochaines compétitions. Nous espérons que ces nouveaux joueurs ajoutés aux anciens réaliseront un autre exploit, cette fois encore

– Un message à l’adresse du nouveau coach et de son staff?

Nous leur souhaitons beaucoup de chance. Dans le passé, Patrice a été un très bon sélectionneur , nous pensons qu’il continuera sur cette dynamique

– Un autre message pour le BE et vos supporters ?

Nous leur demandons d’être toujours aux côtés de ce patrimoine, savoir que c’est avec nous que cette équipe ira plus loin. Au président et aux autres membres de les remercier de tous ce qu’ils font pour le football guinéen, mais aussi pour le HoroyaAC.