AR

Aristide BANCE, un guide pour les Etalons

CONVOQUE EN SELECTION

Convoqué par le tout nouvel entraîneur des Etalons du Burkina Faso pour le compte des prochaines journées FIFA, Aristide BANCE se positionne comme un véritable guide des jeunes joueurs. BANCE est aussi revenu sur la qualification du HAC pour le second tour de la C1 avant de livrer son analyse sur le prochain adversaire. Extraits.

«  Si on est la là c’est pour donner un plus à ce club.  Je pense que dimanche passé, si ce n’étais pas la victoire on allait dire que le Stade Malien est venu battre le grand Horoya AC  chez lui. Donc c’était  normal pour nous d’assurer cette qualification,  le réussir  est une grande satisfaction. Nous avons pu le faire en  suivant les consignes de l’entraîneur, on a marqué, puis défendu  en groupe  pour obtenir notre ticket  qualificatif » 

La Jeunesse Sportive de Kabylie comme futur adversaire, qu’est-ce que cela vous inspire ? : « JSK, ce n’est pas facile, mais nous aussi on a des hommes… Je pense qu’ils auront peur de nous par ce quand on regarde les deux saisons passées, le Horoya AC  a été toujours en quart de finale. Partant de ce résultat  on peut dire qu’on a mieux travaillé qu’eux. Et nous allons continuer sur cette dynamique-là. Avec notre travail, on va tout faire pour les éliminer » 

Déjà chez eux , on va se battre. Bien souvent, en Afrique, on se dit qu’à l’extérieur il faut limiter les dégâts, alors que nous, ce que nous voulons, c’est aller jouer et gagner avant de venir faire  peut être un bonus à Conakry ». 

Appelé en sélection Aristide BANCE voudrait que les enfants soient un bel exemple pour leur devenir : «  C’est encore un plaisir pour moi d’aller représenter le pays. J’ai été appelé avec quelques cadres pour aller encadrer  les jeunes. C’est  eux  l’avenir,  donc je pense que nous  allons  leur  montrer la voie, car c’est comme ça que nous avons commencé, nous aussi en sélection. Si nous, les anciens, nous  approchons de la fin, pour eux c’est le début. ils ont besoin de nos conseils pour progresser puis bien aider le pays. C’est la nation, tant que je peux servir le pays, sur le terrain et en dehors. Pour moi, c’est une fierté d’aller magnifier nos couleurs ».

Et Aristide BANCE de conclure: « Le chemin, ce n’est rien d’autre que le travail. Tu peux arriver dans une sélection sans être le favori de l’entraineur,  mais  à force de travailler  cela peut  t’amener  un jour dans ses choix. Tel a  été mon cas, et aujourd’hui je me dis que eut être je suis le plus aimé même dans d’autres  pays.  Rien n’est impossible sur cette terre et moi c’est ce message que je lance aux jeunes. Continue à croire en toi  et travaille bien en club, cherche à être  titulaire et on aura besoin de toi  en sélection »