KUNTA HAC

Gal CAMARA: Pourquoi pas la finale ?

IL EST DE RETOUR

Après quatre mois de confinement dans la capitale sénégalaise, l'expérimenté et polyvalent joueur du Horoya AC est enfin de retour à Conakry. Et sans tarder, le colosse Aboubacar Gal CAMARA a rejoint la troupe pour préparer la dem-finale face au Pyramides FC d’Egypte. Pour revenir sur ces moments de galère à Dakar, son intégration dans le groupe, ses ambitions pour le Final Four, nous l'avons rencontré.

– Pourquoi avoir passé tout ce temps au Sénégal ?

 Pour commencer je vous dirai que j’étais dans le même vol que le coach en partance pour Dakar. C’est au lendemain de mon arrivée que j’ai entendu le Chef de l’Etat sénégalais  Macky SALL dire que les frontières devaient être fermées à cause de Covid19. Donc le couvre-feu était déjà lancé, raison pour laquelle j’y suis resté pendant quatre mois… Le plus frustrant est que je n’ai pas pu aller voir ma mère en Guinée Bissau à cause de la fermeture des frontières. On parlait au téléphone et elle priait au quotidien pour moi, afin que je puisse regagner Conakry.

– Vous avez pu vous entraîner à Dakar?

Ah oui! Je m ‘entraînais bien là-bas à travers un de nos grands Issiaga THUG. Donc grâce à lui, j’ai pu maintenir ma forme sans vrai problème.

– Lorsque vos coéquipiers à Conakry ont repris les entraînements, comment avez vous vécu cela?

Je parlais le plus souvent avec Diego SEKOU, le coach assistant sans oublier le coach Lamine aussi avec lequel je communiquais via les réseaux sociaux. Idem pour mes coéquipiers qui me rassuraient aussi de la bonne qualité des entraînements. Je n’étais pas à Conakry  physiquement mais j’avais toutes les informations tous les jours.

– Et vous avez repris dès votre retour ?

Oui très rapidement. Je suis rentré le mercredi et le jeudi j’étais au stade pour la reprise avec mes amis. Comme toujours d’ailleurs, il y a une bonne atmosphère au sein du groupe. Mais bien avant tout cela pour rappel, j’avais déjà envoyé mon test de Covid19 que j’ai fais à Dakar et que j’ai envoyé au docteur du Horoya.  Etant testé négatif, je n’ai pas eu de souci pour mon intégration dans le groupe. Car c’était un aspect très important.

– Que faites-vous  concrètement avec le préparateur physique ?

On travaille l’endurance physique notamment 14 minutes fois 3, 11 minutes fois 2 enfin 22 minutes fois deux sans oublier les deux blocs. Franchement, tout ce passe à merveille. Même aujourd’hui j’étais dans la salle de musculation.  Donc, Dieu merci et vivement le bon rythme.

– Un mot sur cette qualification en demi-finale ?

Franchement on s’attendait à ça depuis longtemps. Depuis que le propriétaire a pris le Horoya en 2012, il s’est fixé comme objectif de grimper à chaque saison. Aujourd’hui nous sommes en dem-finale et pourquoi pas en finale bientôt. C’est l’ambition de tous les joueurs qui viennent au sein des « rouge et blanc ».

 – Un message pour les supporters ?

Ils sont toujours dans mon cœur. Seulement le Covid19 fait  qu’on ne peut pas être ensemble au terrain actuellement . Mais ça va passer bientôt inchalla. Ils nous manquent énormément, nos supporters. Grand merci à eux pour leur soutien de toujours !