DAKAROI

Ce Horoya qui vient de très loin…

AVANT D’AFFRONTER WAKRYIA

Horoya AC – Wakryia AC est l’une des meilleures rencontres du championnat guinéen, ce à cause du beau football pratiqué, de l’engagement des 22 protagonistes, jusqu’à la rivalité entre les staffs, voire l’ambiance dans les tribunes entre responsables des deux clubs. Le choc de ce mercredi promet donc un beau spectacle.

Nous avons recueilli les propos du coach du Horoya AC, Mamadou Lamine NDIAYE, à propos de ce duel qui peut sacrer les Matamkas.
« On a préparé cette confrontation comme toutes les autres, dans la lucidité et la continuité. On s’est beaucoup parlé, je pense qu’on est aussi dans une bonne dynamique, il faut la prolonger. En sachant que ça va être extrêmement difficile, car nos rivaux sont restés longtemps devant. C’est une équipe qui marque énormément de buts (36 en 19 matches contre 39 au HAC en 20 m). Donc, il faut que ça soit comme à l’accoutumée :  être à notre meilleur niveau pour pouvoir espérer quelque chose… »

Lamine NDIAYE a eu sous la main des joueurs qui ont fait l’essentiel en enchainant les victoires. Il explique : « Quand on a vu le calendrier on s’est posé beaucoup de questions… Enchainer sept matchs en 19 jours c’est la première fois que je le fais. Surtout à cause de l’intégrité physique des joueurs. Ils ont donné le maximum chaque fois qu’ils sont entrés sur la pelouse. Et le terrain
juge finalement… ».

Pendant pas moins de sept journées, le champion de Guinée campait à la dernière place du championnat. Certes, il fournissait du beau jeu, mais il ne marquait pas. Le coach a trouvé une solution à cela, à force de patience et de ténacité : « Vous savez on était derrière avec des matchs en retard. La moitié de l’équipe était blessée, malgré tout on faisait de bonnes productions, mais on ne marquait pas ou peu. Ça veut dire que l’équipe n’était pas prête, puisqu’on est rentré du Maroc avec 12 joueurs blessés.

 Mais tout le monde s’est mis au travail, le staff médical ainsi que celui technique. J’avoue que le mérite revient aux joueurs. Ils ont tenu toutes leurs promesses. Mais ce n’est pas fini, puisqu’on a encore cinq matchs à jouer ».